Sommaire : 

I. Les 4 piliers fondateurs de l'école

- le développement de l'être

- l’expérimentation démocratique et le développement des habilités sociales

- les apprentissages autonomes et informels

- le développement de l'écocitoyenneté

II. L'orientation pédagogique

III. Suivi de la progression des acquis et validation des compétences

IV. Le lieu de vie, d'apprentissages et d'expériences

I. Les 4 piliers fondateurs de l'école

La petite école démocratique des Lueurs des champs, située au cœur de la nature, invite  :

 

- au développement de l'être,

- à l'expérimentation démocratique et au développement des habiletés sociales,

- aux apprentissages autonomes et informels, sans programme pré-établi, au rythme et selon l'enthousiasme de chacun,

- au développement de l'écocitoyenneté.

1. Le développement de l'être :

Cultiver les talents, la curiosité, le plaisir et la créativité qui sommeillent en chacun.

Apprendre à nommer et gérer ses états émotionnels. Développer sécurité intérieure, estime et confiance en soi.

Accompagner chacun à trouver sa place en soi, avec les autres, voilà l'un des grands enjeux de l'école.

 

L'ouverture aux savoir-être se vit quotidiennement au sein de l'école, de part sa démarche démocratique. Des ateliers peuvent également être proposés par des membres de l'école ou des intervenants extérieurs. La participation est libre.


Tout au long de la journée, chaque membre de l'école est amené à :

  • nommer, comprendre, vivre ses émotions, les laisser s'exprimer,
  • écouter, exprimer ses ressentis, ses émotions fortes,
  • semer de petites graines de confiance en soi : développer sa sécurité intérieure, une juste affirmation de soi, son sentiment de compétence, sa place dans le groupe,
  • partir à la découverte de soi : découvrir ses freins, ses forces, des talents parfois insoupçonnés,
  • développer sa créativité, prendre du plaisir, au sein d'une atmosphère bienveillante,
  • se poser en soi, dans son corps : apprendre à se détendre, à lâcher prise, à faire le vide dans sa tête, à créer sa bulle de protection contre la pression, ...
  • récolter le plaisir de vivre l'instant présent.

2. l'expérimentation démocratique et Le développement des habiletés sociales :

Apprendre à exprimer ses pensées, à écouter celles des autres, à mieux gérer les conflits, à bien vivre ensemble.

Permettre la connaissance de soi-même, des autres et la coopération.

L'expérimentation démocratique dans l'école en est un rouage essentiel, elle permet à chacun de participer à la vie de l'école, de cette mini société. Ici, chacun a son mot à dire dans la vie et l'organisation de l'école.

 

L'adulte n'impose pas le fonctionnement, c'est l'ensemble des membres de cette mini société qui le créé et le transforme au fur et à mesure des adaptations nécessaires.

 

L'enfant, l'adolescent, l'adulte sont tous des membres de l'école, et sont placés sur un continuum.

 

En revanche, les facilitateurs présents au sein de la structure ne nient pas leurs poids, leurs engagements, leurs rôles, notamment de régulateurs lors des conseils par exemple ou encore pour garantir un cadre bienveillant, un climat de sécurité physique et affective au sein de l'école. Ils veillent à ce que chacun soit reconnu, pour que chacun puisse à son tour reconnaître l'autre. C'est une des personnes ressources que le membre de l'école peut solliciter, un "facilitateur", un "guide".

 

Au sein de l'école, le cadre, la structure se mettent en place au fur et à mesure des interactions et s'ajustent au fur et à mesure des besoins de chacun. Ceci afin d'aboutir à un bien vivre ensemble. Cette réflexion est menée au quotidien.

 

Les décisions sont prises à l'unanimité, pour ne pas laisser une minorité insatisfaite mais parvenir à un consentement des membres de l'école. Une objection n'est prise en compte que si elle est argumentée (un "non" qui reste sans explication n'est pas significatif).

 

Par ailleurs, ces décisions ou règles de fonctionnement sont là pour répondre aux besoins du moment. Elles se mettent naturellement en place et évoluent en fonction des nécessités quotidiennes : elles peuvent être modifiées ou devenir obsolètes selon l'évolution du système social que forment les membres de l'école. Le but est d'offrir un sentiment de sécurité à chacun et promouvoir un climat de bienveillance collective.

 

Pour ce faire, des "conseils d'école" ont lieu une fois par semaine, pour discuter, poser et ajuster le terreau de la vie commune, exprimer d'éventuels désaccords, lancer un débat ou/et faire entendre ses besoins. Chaque membre vit l'écoute active, développent ses capacités de communication, en s'inspirant de la communication non violente, de la notion de message clair, et ce, au quotidien.

 

Aucune forme de non-respect/agression n'est tolérée (physique, verbal ou psychologique). Pour cela, un "conseil de paix" permet en cas de conflit (mise en danger du bien vivre ensemble) non ré-solvable sur l'instant, une médiation entre les membres de l'école. Il est mis en place pour éclaircir les besoins des protagonistes et les ajustements nécessaires pour permettre une gestion saine du conflit. Au niveau de l'organisation, il s'inspire des médiations à l'aide du message clair et des cercles restauratifs.

Tout membre de l'école peut faire appel au conseil de paix.

 

Lors du conseil de paix, chacun fait part de son point de vue. Le conseil de paix aide les protagonistes du conflit à prendre de la distance et ainsi sentir, se rendre compte de l'implication de chacun dans le problème. L'un des moyens efficaces est le jeu de rôle : le conflit est rejoué par les personnes impliquées en s'échangeant leur rôle.

C'est un bon moment pour expérimenter une communication respectueuse à l’intérieur du conflit et trouver un ajustement entre les personnes impliquées, qui peut prendre la forme d'une réparation. La médiation permet de reconnaître le besoin qui n'a pas été satisfait ; ce n'est pas sur le comportement néfaste que l'on travaille : l'objectif n'est pas de le voir disparaître par le biais d'une sanction mais d'avoir pu mettre en lumière le besoin non satisfait et permettre dans le futur à ce besoin d'être satisfait pour que le comportement dérangeant s'estompe.

 

Au quotidien, chacun est amené à développer et affiner les aptitudes suivantes :

- apprendre à exprimer ses pensées, à argumenter,

- à écouter le point de vue des autres,

- à mieux gérer les conflits,

- apprendre la coopération,

- poser un cadre juste.

 

Des ateliers, des "cafés philos" peuvent également être proposés par des membres de l'école ou des intervenants extérieurs. La participation est libre.

3. apprentissages autonomes et informels :

Exprimer son potentiel personnel, explorer ses centres d'intérêt, à son rythme, écouter son enthousiasme naturel d'apprentissage, et ce, au sein d'un lieu d'expérimentations riche. Pas de programme pré-établi, pas de classe d'âge.

L'équipe éducative est partie du postulat que pour retenir, il faut comprendre et pour cela, il est nécessaire d'être en projet : être intéressé, enthousiasmé par ce qu'il y a à découvrir et pouvoir le découvrir à sa manière pour se l'approprier.

 

Elle est convaincue de l'élan naturel des enfants, des adolescents pour apprendre chaque jour. Elle partage les propos de John Holt, de Bernard Collot : les enfants, les adolescents sont des chercheurs scientifiques par essence. Ils n'ont pas besoin d'enseignants à leurs côtés, mais de facilitateurs des apprentissages, qui les accompagnent dans leurs découvertes naturelles, au sein desquelles les mathématiques, la lecture, la musique, etc. peuvent s'apprivoiser facilement et avec enthousiasme. Elle partage l'idée qu'on apprend mieux en suivant sa propre curiosité, qu'en suivant un enseignement non choisi où l'on apprend puis retransmet des connaissances qu'on ne comprend pas forcément, qu'on n'a pas vécu ni ressenti.

 

Au sein de l'école, les membres s'approprient leurs apprentissages de manière autonome. Des moments d'apprentissages informels se mettent en place, de manière inattendue, lors d'un jeu, d'une réflexion, d'un échange, …

Des facilitateurs sont à leurs côtés et restent attentifs à leurs élans, leurs actions, répondent à leurs questions et les soutiennent dans l'exploration des domaines qui les animent.

 

 

Le lieu mis à disposition des membres de l'école se veut riche en exploration. Il propose différentes portes d’entrées tenant compte des intelligences verbales, logico-mathématiques, kinesthésiques, visuo-spatiales, émotionnelles,...
Les membres peuvent y mener leurs enquêtes, créer et s'ils le souhaitent utiliser du matériel de manipulation mis à disposition, des jeux, des boîtes à outils méthodologiques ou émotionnelles, l'ordinateur, imprimante, scanner et mails mais aussi profiter des richesses du monde du vivant, grâce à la proximité de la nature, des animaux.

 

L'équipe pédagogique porte un regard positif sur les troubles des apprentissages et de par son approche tête/cœur/corps, offre aux dyslexiques et « dys »fférents, aux précoces, aux enfants, adolescents souffrant de trouble de l'attention, à chacun, la possibilité d’exprimer ses magnifiques talents, son potentiel, en permettant de choisir son mode d’apprentissage privilégié.

Les enfants, adolescents, dits différents, ont souvent une très bonne pensée intuitive et/ou imagée et/ou spatiale/corporelle et/ou créative, qu’ils n’ont que trop rarement la possibilité d’exprimer à l’école traditionnelle. Au lieu de leur permettre d’apprendre avec plaisir et créativité, elle devient un frein, un empêcheur d’apprendre. C’est triste car cette pensée imagée, intuitive, sentie est merveilleuse, et tellement complémentaire d’une pensée plus rationnelle et verbale qui perd de sa force si elle est dénuée d’émotions, d’images, de vécu.

 

Le socle commun de connaissances et de compétences de l'éducation nationale

 

Nous ne sommes pas tenus de respecter les programmes de l'éducation nationale car nous sommes une école privée hors contrat. En revanche, nous devons respecter le droit de chacun à l’instruction, et cela se traduit par le fait de mettre à la disposition de chaque membre un environnement qui lui permette de s’acheminer vers la maîtrise, à 16 ans, du socle commun de connaissances et de compétences, défini par la loi. Nous ne garantissons pas que le membre ait acquis le programme correspondant à sa classe d'âge au moment où il le ferait dans l'éducation nationale ni les moyens qu'il va déployer pour y parvenir. Il aura, par exemple, assimilé bien plus tôt des connaissances maîtrisées bien plus tardivement dans le système classique et inversement. L'enfant, l'adolescent ont des capacités d’autorégulation, si le climat est bienveillant, sécurisant (cadre et règles connues et justes) et la possibilité permanente de dialoguer.

 

L'acquisition (rythme et méthodologie) de ce programme commun est spécifique à chacun.

 

Chaque membre a libre choix de son parcours pédagogique. Nous concernant, nous nous engageons à aider les membres de l'école qui souhaitent se préparer au brevet, au bac. Nous nous engageons à nous rendre disponibles pour les accompagner
à atteindre leurs objectifs personnels, quels qu’ils soient. Nous proposons de transmettre à chaque membre qui en fait la demande un fascicule retraçant son parcours à l'école, ses compétences et connaissances acquises et comportant, si besoin, un ou plusieurs retour(s) de professionnels du/des domaine(s) vers le(s)quel(s) il souhaite se diriger et pour le(s)quel(s) il a besoin de crédibiliser son savoir.

 

Des ateliers peuvent  être proposés par des membres de l'école ou des intervenants extérieurs. La participation est libre.

 

 Le rythme

 

Chaque journée a son propre rythme, que l'on ne peut pas déterminer à l'avance, puisqu'il va dépendre des enthousiasmes naturels de chacun et de ce qui se vit au quotidien et qui n'est pas prévisible.

Cependant, des séquences routinières sont en place (horaires fixes du conseil d'école, des repas, du nettoyage des communs, pour les soins de certains animaux).

Nous les voyons comme quelque chose de positifs : les rituels permettent le développement de la temporalité, du repérage dans l'espace et du sentiment de sécurité, en étant contenu dans un cadre juste, prévisible, au sein duquel un « champs de possibles » peut se mettre en place.

4. Le développement de l'écocitoyenneté :

Offrir les bienfaits de la nature et accompagner chacun à en prendre soin.

L'école se situe au sein d'un lieu naturel, en pleine campagne, inspiré par la permaculture. Elle offre un grand terrain de vie :

  • une aire de jeux naturelle ,
  • un jardin potager, un verger,
  • des espaces pour les animaux (poules, lapins).

 

Grâce à ce lieu riche, chacun peut vivre au rythme des saisons, suivre concrètement les transformations de la nature au fil des mois, se sentir proche d'elle, mieux la comprendre et la respecter.

Ce contact avec le vivant permet de se construire harmonieusement, « enraciné », connecté à ses ressentis, à son environnement, le tout favorisant un sentiment de sécurité profond.

 

Des ateliers, des sorties natures, peuvent  être proposés par des membres de l'école ou des intervenants extérieurs. La participation est libre.

C'est par exemple une occasion pour découvrir les plantes, les petits animaux mais aussi pour construire des cabanes de branches ou de bois, des couronnes de fleurs sauvages ou des créations en land-art diverses et jolies ! C'est aussi l'occasion de jouer, courir, sauter, flâner et laisser court à son imaginaire, ou se poser, se ressourcer, s'assoupir.

 

L'école souhaite par ailleurs s'ancrer dans une démarche écologique. Pour ce faire, elle propose de recycler ses déchets végétaux par un lombricomposteur, de fabriquer une serre en matériaux recyclés, de favoriser le système de « seconde main », en recyclant le plus possible (collecte de papier brouillon, récupération de matériel délaissé par les entreprises, ...)  ainsi que la mise en place d'un listing pour favoriser le covoiturage, entre autres actions.

II. L'orientation pédagogique

L'école souhaite offrir un lieu de vie, d'expériences, d'apprentissages autonomes, enthousiastes à ses membres.

 

L'équipe pédagogique part du constat que chaque personne est unique, a son propre fonctionnement et est riche de multiples intelligences. Si les accompagnants choisissent un chemin d'apprentissage, aussi juste leur semble-t-il, il ne pourra convenir à tous, au même moment et de la même manière.

 

Chaque enfant a appris à marcher puis à parler à sa façon, à son rythme.

Apprendre est un acte naturel, l'enfant sait le faire de manière innée mais ne suit pas toujours la logique attendue. Il n'y a donc pas une méthode unique, un dogme pédagogique unique à respecter. L'équipe éducative ne se reconnaît pas dans un courant pédagogique, aussi positif soit-il, qui argumente étape par étape les besoins clés auxquels on doit absolument répondre et qui fournit la manière d'y parvenir.

 

Parfois, peuvent apparaître des difficultés dans l'acquisition des langages ou des mouvements, des « empêcheurs d'apprendre ». Même dans ces moments-là, l'équipe pédagogique part du principe que chaque membre de l'école peut les dépasser si et seulement s'il est accompagné sur un chemin qui est le sien, qui correspond à son fonctionnement, sa sensibilité et non grâce à une méthode unique.

 

Concrètement, l'équipe s'inspire des courants pédagogiques libres et démocratiques, comme l'école du 3ème type de Bernard Collot, l'école démocratique de la Croisée des chemins (Dijon) ou encore l'école dynamique (Paris), elle-même inspirée par Sudburry (Etat-Unis). Du matériel issu de pédagogies diverses comme Montessori, Freinet ou encore Steiner est mis à disposition des membres de l'école.

 

Plus que tout savoir pédagogique, l'équipe est persuadée que c'est la relation qui accompagne, qui soutient. En ce sens, c'est sur leur être personnel que chaque accompagnant souhaite travailler.

Pour garantir une atmosphère sécurisante, les membres de l'équipe pédagogique s'engagent à participer à une supervision professionnelle. Cette supervision est un moment d'échanges, auprès d'un psychothérapeute superviseur, qui offre au professionnel un temps pour analyser ses comportements, ses réactions. C'est un temps de mise à distance, d'ajustement de sa posture, de réflexion sur la pratique de son métier. La supervision nous semble essentielle pour qu'une relation d’accompagnement juste puisse se mettre en place. 

Comment prétendre accompagner d'autres avec bienveillance sur le chemin de soi, sans travailler soi-même, pour se connecter à son enfant intérieur, soigner ses blessures, se reconnecter au meilleur de soi et ainsi pouvoir réellement voir l'autre en face de nous ? Les propos de Sophie Rabbhi, fondatrice de la ferme des enfants (une école de la bienveillance), résonnent très fort en nous. Notre équipe partage avec elle l'importance d'un voyage intérieur personnel, afin de se connecter à sa sérénité, sa douceur, sa spontanéité et sa bienveillance.

III. Suivi de la progression des acquis et validation des compétences

L'école se compose d'une classe unique. Il n'y a donc pas de rituel de passage ni de redoublement avant de pouvoir accéder à un niveau supérieur.

L'évolution et l'évaluation se font au rythme de chacun.

 

L'équipe éducative ne note pas les performances des membres de l'école.

La valeur défendue par l'école est celle de la coopération et non de la compétition ni du classement.

Il n'y a pas de notes, ni bonnes, ni mauvaises, pas de jugement quantitatif des productions des membres de l'école pour ne pas engranger le cercle vicieux (mauvaise note → jugement négatif → peur du regard de l'autre → inhibition de l'action → perte de confiance en soi → fuite). Par ailleurs, la qualité d'un travail personnel ne peut s'exprimer sous forme de notes.

 

Les systèmes d'évaluation à sa disposition sont les suivants :
- l'auto-évaluation
- les retours naturels ou lors de sa rencontre mensuel avec son facilitateur référent
- le logiciel informatique qui permet de remplir les grilles de compétences acquises dans les écoles démocratiques et les faire correspondre au socle commun de compétences et de connaissances de l'éducation nationale, en
fonction des activités effectuées par les membres.

 

Un livret personnel de compétences permet de rendre compte des compétences, connaissances, défis personnels, et de la culture du socle commun, progressivement acquises.

Il propose de suivre le membre tout au long de la scolarité. Sans note, il souhaite mettre en lumière ses intelligences dominantes, ses forces, ses talents, ses réussites mais aussi les difficultés qu'il peut surmonter et les challenges qu'il souhaite mener. Par ailleurs, il permet à l'inspecteur académique de vérifier les acquisitions des membres de l'école et peut offrir la possibilité à chaque membre de justifier de ses aptitudes auprès d'une structure plus traditionnelle.

IV. Le lieu de vie, d'apprentissages et d'expériences

  • Les différents espaces au sein de l'école
  • Le choix de la classe unique
  • Une école en lien avec les parents
  • Une école intergénérationnelle, ouverte sur le monde

Les différents espaces au sein de l'école

La petite école, accueillant la classe unique, se compose :

  • d'un bâtiment de 90 m² plain pied
  • d'un terrain de 1000 m² environ pour l'air de jeux libre + des espaces de différentes tailles pour le potager, le verger, le poulailler, les lapins,... en cours de création

Au sein de la structure, l'équipe a souhaité créer des territoires collectifs mais aussi des espaces personnels.

Par ailleurs, un soin tout particulier est porté à l'ambiance. En effet, des activités libres dans un environnement confus ne fonctionneraient pas. Elles rendraient difficiles les apprentissages et risqueraient d'apporter désordre et agitation générale. 

Dans l'école, l'esthétique est soignée, dans un esprit de simplicité et de clarté. L'environnement est le plus naturel possible.

 

Le lieu comporte :

  • des espaces à soi  : petit coin douillet avec coussins et autres petits matériels pour s'apaiser, rêver, être oisif, coin méditation + espace spécifique, prévu pour décharger des émotions envahissantes (exemples de matériels : couvertures-coussins lestés, coussins colère, boîte à colère, punching ball mais aussi hamac),
  • un coin bibliothèque,
  • un coin couchettes-cabanes pour le repos des plus petits,
  • des espaces découvertes et connaissances où sont mis à disposition du matériel de graphisme, de mathématiques, de sciences, de technologies, des musées éphémères, des expositions des collectes …
  • un lieu d'expression et communication (castelet, marionnettes, maisonnette, jeux d'imitation, ...)
  • un coin musique
  • un espace informatique et nouvelles technologies : ordinateur, imprimante, scanner, caméra, micro, internet, …
  • une cuisine
  • un lieu d'activités manuelles : établis, boîtes à outils, machines, ateliers (bois, électricité, mécanique, recyclage, construction/réparation).
  • des coins de créations artistiques : pans de murs dédiés à la peinture libre, matériels pour mandalas, tables à dessin inclinées, tour de poterie, espace vannerie, couture, tricot, laine cardée,…
  • des espaces en plein air : animaux, potager, jardin, serre, …

Le choix de la classe unique

Une classe unique nous est apparue comme le lieu privilégié pour développer les apprentissages relationnels.

La petite société ainsi créée est un lieu d'apprentissage NATUREL des règles de vie en groupe, d'échange d'outils, de partage émotionnel, de soutien face aux difficultés.   

 

C'est un choix délibéré. Il permet des apprentissages et des échanges sociaux très riches. Il développe la coopération et la solidarité : faire bénéficier aux plus jeunes de l'accompagnement bienveillant des plus grands et offrir à ces derniers une belle valorisation en soutenant les plus jeunes, notamment.


C'est également un milieu riche pour les apprentissages informels. La lecture, l'écriture se mettent en place, par exemple, bien plus naturellement dans des classes uniques car les plus grands lisent, écrivent au quotidien et stimulent ainsi l'envie des plus jeunes.

Une école en lien avec les parents

Les parents sont les bienvenus au sein de l'école et peuvent proposer d'animer des ateliers ponctuels ou plus réguliers (avec participation libre des membres). Ces propositions sont signalées sur le panneau d'affichage de l'école.

 

Les membres de l'école peuvent inviter leurs parents au sein de l'éco-lieu pour leur partager ce qu'ils sont en train de mettre en œuvre, ce qu'ils y vivent, après que cette proposition ait été délibérée lors d'un conseil d'école et ait obtenu le consentement des membres.

 

Concernant la vie scolaire des membres, elle est partagée aux parents / tuteurs légaux, avec le consentement du ou des concerné(s) sur la manière dont elle est transmise. Cette réflexion se fait en amont et de manière personnelle.

 

Des réunions trimestrielles, sont proposées aux familles pour faire le point ensemble. Elles sont préparées en amont par l'enfant / l'adolescent et son facilitateur référent, qui ensemble se mettent d'accord sur le contenu.

Chaque membre accepte que son facilitateur référent puisse transmettre la/les transgression(s) significative(s) commise(s) au sein de l'école, à ses parents / tuteurs légaux après qu'elle(s) étai(en)t discutée(s) en conseil de paix.

 

Des rencontres parents-facilitateurs ont lieu avant chaque vacances scolaires. Elles peuvent, en plus, avoir lieu, à la demande, dès que 3 ou 4 ordres du jour ont été recensés.

Une école intergénérationnelle, ouverte sur le monde

Notre petite école souhaite développer un lieu coopératif, ouvert sur l'extérieur.

 

Des professionnels en activité, des retraités, les voisins, ... chacun est invité à participer à la vie de l'école.

 

Par ailleurs, les membres peuvent se déplacer, aller vers le monde, à la rencontre de professionnels en activités, de retraités, de voisins, ...

 

Pour permettre aux langues étrangères et à leurs cultures de pénétrer notre petite structure, des volontaires en service civique peuvent être accueillis chaque année ou des wwoofers (dans le cadre de l'éco-lieu).

Des places sont disponibles pour les plus de 12 ans. Pour celles et ceux qui souhaitent être tenus au courant si une place se libérait dans le courant de l'année pour les plus jeunes, merci de remplir le formulaire ci-dessous.