Le contexte de fermeture de l'école.

Après 2 années d’existence, nous vous informons que l’aventure de l'école touche malheureusement à sa fin.

 

Avec les tempêtes traversées, l’école n'a pas pu se stabiliser :

 

Nous avions pris la décision collective de mettre fin à la session collège à la fin de l'année scolaire.

Les raisons en sont les suivantes :

 

- l'ampleur des connaissances à acquérir pour respecter le SCCCC (socle commun de compétences, de connaissances et de culture de l'éducation nationale auquel nous sommes soumis, même en tant qu'école hors contrat), l'écart cognitif entre les adolescents accueillis (du aux parcours scolaires complexes de nombreux collégiens se dirigeant vers notre structure),

 

- les limites de ce multi-âge si large (de la maternelle au collège), au sein de notre petite structure et l'importance pour les collégiens de vivre l'expérience d'un plus grand groupe pour développer leur besoin d'appartenance, leur relationnel,

 

- la démission de notre directeur, qui souhaite continuer à soutenir le projet mais sans ses lourdes responsabilités assumées bénévolement.

 

Mais l'effectif sans collège est trop réduit pour financer l'équipe.

 

Nous n'avons pas obtenu le renouvellement de la subvention de la fondation Nature et Découvertes octroyée depuis 2 années (qui a vu une diminution de leur budget cette  année).

 

En plus de ces difficultés financières, s'ajoute un travail de fond, administratif mais aussi physique (pour maintenir les lieux et l'aménagement pédagogique) conséquent, qui implique des quantités d'heures supplémentaires humainement intenables.

 

En fond de ce tableau, une réalité complexe, partagée, malheureusement, par les créateurs d'écoles hors contrat : les conflits humains incessants.  Les demandes parentales sont si différentes au sein du collectif que cela rend ardue la mise en place d'une vision commune partagée et la possibilité pour l'équipe de répondre aux demandes parentales, souvent opposées. Le fait que le coût de la scolarité soit à la charge des familles peut augmenter les attentes familiales et créer un trouble supplémentaire si l’équipe ne peut répondre aux attentes parentales. Par ailleurs, certaines situations comportementales de l'enfant sont difficilement gérables en collectif et nécessitent soutien voire institut adapté pour les gérer, même dans un système  alternatif, mais ce deuil d’une scolarité ordinaire peut être difficile à accepter. Les résolutions de ces différents sont si complexes qu'il est trop fréquemment impossible d'instaurer la co-éducation pourtant nécessaire entre parents et équipe. L'équipe travaille un nombre d'heures extrêmes et n'a pas assez de disponibilité pour mener à bien sa tâche. Tout comme c’est le cas pour les parents qui viennent souvent de loin, font des sacrifices importants pour cette scolarisation. Ce contexte peut rendre difficile la présence juste de chacun tant émotionnelle que physique. Malheureusement, l’incompréhension équipe / parents et la déception des familles, qui poussent certaines familles à des gestes vengeurs dévastateurs sont très prégnantes dans nos écoles hors contrat. Ces actes mènent à la fermeture de nombreuses écoles hors contrat ou au mieux au renouvellement de l'équipe pédagogique qui souffre d'un turn over bien fréquent.

 

Il est difficile sans l'avoir vécu d'imaginer le stress quotidien, la quantité de travail, de responsabilités, le poids assumé par les acteurs d'école hors contrat, attaqués et critiqués parfois très sévèrement. Ils ont des fragilités et des limitations personnelles, comme tout être humains, font des erreurs, apprennent et travaillent sur eux pour évoluer et développer leurs consciences. Malgré cela, ils sont obligés d'arriver fréquemment à cette décision d'arrêter l'aventure entamée, tout comme nous, ou à s'éloigner de leur projet initial.

 

Les problèmes financiers des écoles hors contrat, la surcharge de travail de l'équipe et les conflits parents / équipe ne sont pas nouveaux mais peu exprimés au grand jour, tant la douleur est vive. En revanche, elles occupent grande part des débats lors des forums pédagogiques ou échanges entre créateurs d'école.

 

De notre côté, nous sommes avec Cédric à saturation des conséquences de notre engagement qui nous amène actuellement à devoir justifier auprès des travailleurs sociaux du bon développement de notre fille suite à des propos calomnieux de parents mécontents vengeurs qui se sont saisis du fait que nous vivions en mobilhome le temps de la rénovation de notre maison. Même si la fin favorable de ce processus est proche, il laisse une empreinte en trop pour continuer. Les limites ont été atteintes.

Pour d’autres écoles, il s’est agi d’accusation de diffusion de films pornographiques aux enfants, de diffusion du mouvement terroriste daech au sein de la classe, ...

 

Nous avons également vécu une inspection inopinée de 3h à 3 inspecteurs récemment (pour vérifier l'hygiène, la pédagogie et la gestion administrative suite à des propos diffamatoires d'un groupement de parents), qui s’est fort heureusement terminée favorablement.

 

Mais même si ces attaques se résolvent positivement depuis 2 ans les limites d'absorption émotionnelle ont été atteintes.

 

A côté de ce parcours obscur, se sont révélés une grande lumière, un système vivant éducatif fort, source de nombreux apprentissages tant humains que plus académiques. A l’école, nous étions arrivés depuis février 2018 à un véritable processus d’un « troisième type », dont parle Bernard Collot : les enfants apprenaient pour eux, avec enthousiasmes et plaisirs, les progrès étaient très significatifs, notre journal de 8 pages sortait chaque semaine, les enfants lisaient, écrivaient, cherchaient, se questionnaient, bref, ils avaient investi les langages de la communication. Nous avions énormément d'envie et d'enthousiasme à l'idée de les retrouver en septembre, poursuivre notre vie collective, notre forte orientation nature ensemble,...

 

Nous sommes tellement désolés de cette annonce. Et plus encore du fait de savoir les enfants et les familles potentiellement dans une situation désagréable, en questionnement quant au lieu ou au type d'instruction à donner à leur enfant à présent.

 

On dit que « rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue. »

Je crois malheureusement que pour Les lueurs des champs, l’heure n’était pas encore venue.

 

Au nom des responsables pédagogique, administratif et associatif.

 

Emilie DAVID-KIEFFER, Responsable pédagogique